Témoignage de Marc Antoine, admis en pharma !

Ce témoignage complète ceux d’Eloïse, Pierre, Henri et Valentine.

Bonjour,

Je passe en P2 pharmacie, classé 57é pour un numérus de 90 places, après 2 années de PACES. Je voulais médecine ou pharmacie, et suite à mon classement du S1 un peu juste, surtout par rapport à mes résultats du tutorat au S1, j’ai préféré ne pas prendre le risque en doublant et mon consacrer à mon deuxiéme choix de pharmacie (j’étais 371/presque 1600 alors qu’au tutorat en général j’étais 150/1200 tout le semestre). Pour ce témoignage, je commencerait par mon année de primant, puis mon année de doublant en disant comment cela s’est passé, les erreurs ou les progrés que j’ai pu faire, les remises en question (à commencer par le choix que j’ai du faire à l’issu du premier semestre de doublant).

Pour mon année de primant, j’avais participé au stage de pré-rentrée oragnisé par le tutorat (je suis à Clermont-ferrand), ce qui m’a bien aidé notamment en histologie, le chapitre sur les techniques d’imagerie cellulaire que je connaissai très bien le jour ou on a eu le cours dessus, en amphi.
Très vite, l’année à commencée, le « vrai » tutorat a démarré, avec des classements pas toujours en accord avec mes espérances. Il faut savoir qu’à ce moment là, et toute l’année de primant, j’étais DE-TER-MINE. Même si mes classements étaient pas suffisants pour passer en primant, j’ai foncé au S2, pour faire de mon mieux (au final j’ai finit 487/1250 environ en primant). Petite précision, en doublant on était environ 1600 car on a fusionné avec les kinés.
La grosse erreur de mon année de primant a été de chercher à apprendre les cours par cœur au mot prés, mais c’était une grosse perte de temps en plus de manquer sérieusement d’efficacité, à côté de ça j’avais un planning bien rodé, je me fixé des horaires de travail et de pauses et je les respectai scrupuleusement (pour le coup, c’ets vraiment une bonne chose).

Arrive l’année de doublant, avec une dose de remise en question concernant la méthode (qui n’allait pas comme dit précédemment), j’ai donc adoptée la méthode des J. Pour ma part, je me fixai un temps d’apprentissage pour les cours de par cœur (sinon je suis beaucoup trop lent, mais c’est à vous de voir, vous imposer un temps peut être une bonne chose). L’après midi même ou on avait eu le cours, je me donnais 1 heure pour apprendre un cours de par cœur (en gros UE1 ou UE2), en surlignant le cours (les chiffres à savoir en bleu, les définitions en vert…). Deux jours après, je reprennais le même cours mais cette fois ci en 40 minutes, puis je le revoyai en 40 minutes le week-end, puis au bout de 2 semaines et 1 mois, selon le temps que j’avais. Au tutorat, mes résultats ont explosé par rapport à l’année de primant (je me suis classé plusieurs fois 50é/1200 en UE2 et 150 au général). Le deuxiéme semestre a été plus compliqué, j’étais épuisé, je n’arrivais plus à travailler comme avant (la déception du classement au vrai concours a beaucoup joué dans ce sens, et ne faites pas cette erreur). Mais heuresement, j’ai quand même voulu me battre aux épreuves de mai et de janvier, même si je doutais et que je n’arrivai pas toujours à y croire. C’est très important, même si vous êtes dépité d’une épreuve, ou de certains résultats du premier semestre, battez vous jusqu’au bout et le jour du concours, quoiqu’il arrive et quelque soit le déroulé des épreuves passées. Avec du recul, j’ai vraiment bien fait.

Je vous souhaite le meilleur pour votre P1, accrochez vous, tirez des leçons de vos erreurs (j’ai beaucoup appris de mes erreurs), et vous verrez que quoiqu’il se passe, vous en sortirez grandis et fiers. Je ne pensais pas pouvoir donner autant, et travailler autant. Et vous verrez, apprendre qu’on passe en 2é année est vraiment une grande joie.

Marc-Antoine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *